• juillet 21, 2024
  • Last Update juillet 20, 2024 8:24 pm
  • yaoundé

Des Awards pour des pionnières africaines qui rehaussent le statut de la femme sur le plan national et international

Des Awards pour des pionnières africaines qui rehaussent le statut de la femme sur le plan national et international

A l’occasion de la 60ème journée de la Femme africaine célébrée le 31 juillet de chaque année, le ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF) a décerné des diplômes d’excellence à dix-huit lauréats, soit quinze femmes et trois hommes pour leur contribution à l’amélioration du statut social de la femme camerounaise. Au Cameroun le clou des activités a eu lieu sur l’esplanade de la Commune d’Arrondissement de Yaoundé 6 ce 02 Août 2022.

La joie se lisait sur les visages de ces valeureuses dames camerounaises qui se battent au quotidien pour améliorer le statut de la femme sur le plan national et international. Parmi elles, Marie Mbala Biloa, la présidente fondatrice de l’Association des Bayam Selam du Cameroun (ASBY) qui ne cesse de gravir des échelons pour toutes les actions positives qu’elle mène dans son pays, dans la sous-région et à travers la diaspora. La présidente de l’ASBY s’est confiée à actu24.info : « Je suis heureuse pour ce prix décerné par le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille. Auparavant laissée pour compte, partie de la barberie, aujourd’hui la bayam selam est une marque déposée du congélateur national (nom du président de la république Paul Biya donné par la présidente de l’ASBY). Je dédie cet Awards à tout le 117 du Cameroun et de la diaspora parce que si j’ai eu ce prix, cela ne veut pas dire que c’est moi seule qui travaille, en fait ce sont les efforts faits au Cameroun et dans la diaspora. Nous allons continuer à dire merci à notre marraine, madame le ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille Marie Thérèse Abena Ondoua Obama qui a mis les petits plats dans les grands. Vous avez constaté que les directeurs généraux ont été primés, si nous les bayam selam nous sommes aussi là, c’est dire que ce n’est que le travail qui paie, il n’y a pas de sot métier, il n’y a que de sottes gens. Je tiens à dire à mes sœurs africaines de prendre leur destin en mains, de ne plus partir chez les charlatans logés dans des taudis promettant monts et merveilles. Nous devons donc redoubler d’ardeur pour être autonomes en Afrique. Together we can, ensemble nous pouvons ».

Un aperçu des récipiendaires, en blanc le coordo du CIDIMUC. en lunettes la présidente fondatrice de l’ASBY

Pour la patronne de la Promotion de la Femme et de la Famille, les prix décernés aux lauréats est une reconnaissance des actions qu’ils mènent : « C’est une reconnaissance des actions qu’elles ont mené pour le statut de la femme à différents niveaux. Il n’y a pas que des femmes, il y a aussi des hommes, vous avez vu le coordonnateur du CIDIMUC (Conseil des Imams et Dignitaires Musulmans du Cameroun), le journaliste de la radio nationale dans la région de l’extrême nord, Adamou Moussa. Ce sont des jeunes femmes, des femmes matures qui se sont impliquées. Je dois avouer que c’est le début, celles dont les noms n’ont pas été cités, qu’elles ne soient pas frustrées, il y a un début à tout, nous allons continuer car aucune œuvre humaine n’est parfaite ».

Pour cette édition 2022, le thème choisi est : « Réaliser le capital humain des femmes pour un développement durable inclusif : lutter contre le fléau de la violence tout en améliorant la sécurité alimentaire et la bonne nutrition en Afrique ». Ce thème rentre en droite ligne du thème de la décennie de la femme africaine (2020 – 2030) qui porte sur l’inclusion financière et économique des femmes et celui proposé par l’Organisation Panafricaine des Femmes (OPF) à savoir : « Femmes africaines, actrices-clés de la sécurité alimentaire et nutritionnelle ». Il est donc question de construire l’égalité aujourd’hui pour une Afrique durable et prospère demain, en renforçant le potentiel humain des femmes africaines pour la lutte contre la pauvreté en mettant un accent particulier sur l’inclusion financière et économique, l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles, le renforcement de la sécurité alimentaire et l’amélioration de la bonne nutrition en Afrique.

Il faut dire que pour assurer la sécurité alimentaire, les femmes vivant en milieu rural jouent un rôle incontournable dans les économies quelque soit le niveau de développement des pays. Au Cameroun elles représentent 71,6% de la main d’œuvre agricole formelle et informelle (EESI2), et produisent plus de 85% des produits vivriers consommés (ECAM4). La FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture estime que les femmes rurales camerounaises fournissent environ 90% des denrées nécessaires à la subsistance de la population. Par ailleurs une étude du Programme Alimentaire Mondial (PAM) en 2011, souligne qu’au Cameroun, la production alimentaire est assurée à 90% par les exploitations familiales et les femmes y contribuent pour 80%.

Sa Majesté Alexander Tatabong, Sylvie Jacqueline de WILPF, Sa Majesté Melkissedek Ottou

Autres récipiendaires Madeleine Tefack, vice-présidente de l’Organisation Panafricaine des Femmes (OPC), Esther Endale de l’ALVF (Association de lutte contre les violences faites aux femmes), Esther Omam Njomo, directrice exécutive de Reach Out Cameroon, Sylvie Jacqueline Ndongmo présidente internationale de WILPF (Women International League for Peace and Freedom Cameroon) entre autres. La présidente internationale de la ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté déclare : « Ce prix reçu ce jour par le ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille, intervient dix jours après mon élection comme présidente du Conseil International de WILPF. Cet Awards que je viens de recevoir est un témoignage de la reconnaissance du travail que nous menons au quotidien pour que la paix revienne dans les communautés. Je ne peux que me sentir honorée de voir que les efforts que nous fournissons dans des conditions très difficiles sont aujourd’hui reconnus au Cameroun et à travers le monde. C’est une invite également à plus d’ardeur au travail. Si ces efforts sont valorisés et reconnus, cela veut dire que nous devons travailler davantage pour que véritablement une paix durable soit atteinte ».

La patronne du MINPROFF qui ne compte pas s’arrêter là a reçu un présent de la Fondation Friedricht Ebert et de la plateforme de la convention pour la paix pour son engagement dans la lutte pour l’amélioration du statut de la femme.  

Le rendez vous a été pris le 31 Juillet 2023 avec à coup sûr d’autres femmes promues qui se battent pour améliorer le statut de la femme.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *