• mai 24, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

Le Cameroun valablement représenté à Kinshasa en République Démocratique du Congo à travers l’ASBY

Le Cameroun valablement représenté à Kinshasa en République Démocratique du Congo à travers l’ASBY

L’Association Camerounaise des Bayam Sellam du Cameroun et de la Diaspora à travers sa présidente-fondatrice Marie Mbala Biloa a participé du 09 au 11 juin dernier au Forum régional sur l’Entreprenariat féminin en Afrique centrale à Kinshasa, en République Démocratique du Congo. Marie Mbala Biloa en tant que représentante des acteurs qui interviennent dans le secteur de l’agro- sylvo- pastoral, piscicole, artisanale, halieutique et commerciale au Cameroun a fait un exposé pendant ce forum pour dire ce qui est fait dans son pays. Un forum organisé par la CEEAC, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale.

La présidente de l’ASBY dans son exposé a commencé d’abord par définir le terme Bayam Sellam, en langue locale, le pidjin, « buy and sell » qui veut dire « acheter et vendre ». Ensuite elle a avec des exemples précis démontrer le rôle des femmes Bayam Sellam malgré les conditions précaires dans lesquelles elles vivent : « Précarités matérielles et financières, mauvaises conditions de travail et de vie, inaccessibilité aux crédits dans les banques classiques par manque de garantie,  manque de sécurité sociale, absence de patrimoine et de titre de propriété, analphabétisme, manque de formation en TIC (Technologie de l’Information et de la Communication), surpopulation dans les marchés, insalubrité  et insécurité, difficulté d’accéder aux soins sanitaires », a-t-elle relevé.

Pour être à la tête d’une association, il faut absolument être un bon leader, la présidente de l’ASBY n’a pas manqué d’évoquer cet aspect : « Pour être bon leader, il ne suffit pas de créer une structure et dire que tout ira bien par la suite. Le plus important est de se fixer des objectifs, s’entourer des personnes compétentes afin d’atteindre les objectifs visés. Il faut être visionnaire, passionné, dynamique, ambitieux, patient, courageux, disponible, avoir l’esprit d’innovation entre autres. L’individualisme ne mène à rien. Faisons donc comme nos sœurs d’Europe, d’Asie, d’Amérique en créant des plateformes afin de travailler en synergie pour une Afrique solide. Étant donné que la vie c’est la complémentarité, cette synergie sera une plateforme par filière d’activité et chacun aura un rôle à jouer dans le but d’atteindre les objectifs visés.  Nous vous rassurons de la pleine disponibilité de l’ASBY d’ajouter sa pierre à cet édifice commun ».

Une rencontre fructueuse pour l’ASBY, qui a créé un réseau dans l’informel avec les pays participants à savoir le Tchad, le Burundi, la RDC…Il y avait 21 pays et l’ASBY a bien su vendre le label camerounais. Le nombre d’adhérents de l’ASBY passe ainsi de 3 millions à 5 millions dans les prochains mois. L’ASBY va donc connaître une restructuration. Grâce à ce forum, la présidente de l’ASBY a désormais une représentante en RDC au nom de Rosalie Bima, la présidente de la Fédération des Paysans Producteurs Agricole de Kinshasa, point focal de l’ASBY RDC. Elle donne son avis sur le forum de l’entreprenariat féminin : « J’ai apprécié les travaux de ce forum, une belle initiative de la CEEAC, la mise en place du réseautage, les échanges et partages des réussites des femmes entrepreneures, la mise en place du comité provisoire des femmes entrepreneures membres de la CEEAC. Quant à la mise en place de ASBY RDC, cette plateforme internationale des pauvres n’était pas encore connue en RDC, grâce à ce forum, l’antenne ASBY RDC a vu le jour et les femmes ont adhéré avec joie. L’exposé de la présidente de l’ASBY a beaucoup marqué les femmes de la RDC surtout où elle a parlé de son âge, 68 ans, de ses réalisations. Marie Mbala Biloa a du reste fait un constat, les femmes de la RDC doivent fournir beaucoup d’effort pour intégrer le monde de l’entreprenariat, elles doivent apprendre plusieurs langues pour bien communiquer, un point faible pour les femmes de la RDC qui s’expriment plus en « linguala », langue locale à Kinshasa ».

On attend donc l’installation officielle de l’antenne ASBY RDC, afin que les femmes de la RDC adhèrent dans cette association créée en 2004, protégée à l’OAPI en 2006 et reconnue d’Utilité Publique par Décret Présidentiel n0 2016/478 du 22 Novembre 2016. Au fil des années, l’ASBY s’est mis en interprofession avec les autres acteurs du secteur informel (Bayam Sellam, agriculteurs, éleveurs, pisciculteurs, artisans et tous les corps de petits métiers) qui interviennent dans les circuits de production, de transformation, de conservation et de commercialisation des produits agro-sylvo-pastoraux, piscicoles, artisanaux et halieutiques à forte valeur ajouté.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *