• mai 20, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

LES ZOONOSES AU CENTRE DU CONSEIL D’ORIENTATION STRATEGIQUE A L’INSTITUT FRANCAIS DE YAOUNDE

LES ZOONOSES AU CENTRE DU CONSEIL D’ORIENTATION STRATEGIQUE A L’INSTITUT FRANCAIS DE YAOUNDE

Pendant près de deux heures, les experts de la recherche et de la santé ont focalisé leur énergie sur une coopération de recherche transdisciplinaire et innovante « One health, une seule santé, d’un concept théorique à sa pratique ».

 L’enjeu du panel constitué d’imminents experts à savoir Henri René ZAMBOU de EQUATVET GROUP expert en santé publique, Marie Josée ESSI anthropologue à l’université de Yaoundé I, Denis DEPOMMIER du Centre International de Recherche pour le Développement, Jean Marc HOUGARD directeur de l’Institut de Recherche pour le Développement, Elisabeth CARNIEL du Centre Pasteur du Cameroun et Thomas DONGMO chef de la division de la coopération au ministère de la recherche scientifique et de l’innovation, était d’échanger sur un concept pas toujours bien perçu par le grand public « One health, une seule santé », de démontrer à travers des illustrations concrètes, que ce concept théorique, est pragmatique de mettre en exergue le dynamisme et le positionnement central de la recherche scientifique au Cameroun, ainsi que l’influence de la politique scientifique étrangère de la France dans le pays afin d’impulser de nouvelles perspectives de collaboration sous régionale.

Ambassadeur de France au Cameroun

L’ambassadeur de France au Cameroun Christophe GHILHOU qui a ouvert le débat de ce Conseil d’Orientation Stratégique est clair. « Cette réunion du Conseil d’Orientation Stratégique vise à réfléchir ensemble partenaires français, partenaires camerounais sur les futures orientations de la coopération scientifique entre la France et le Cameroun. Nous avons étudié aujourd’hui deux concepts, celui de la santé humaine, la santé animale, la santé des plantes, puis la recherche d’un autre côté. La table ronde a donc permis par l’échange, par le dialogue entre la partie camerounaise et la partie française , de définir les orientations qui permettront d’avoir une coopération plus adaptée au moyen et au besoin de la partie camerounaise ».

On comprend donc que le concept « One health » concerne la santé humaine, la santé des personnes, la santé des animaux, la santé des plantes.

Quant aux perspectives, le diplomate français pense que  beaucoup de maladies atteintes chez l’homme viennent des animaux, et les remèdes viennent des plantes. L’idée est que ces trois différentes disciplines travaillent en synergie car l’interdisciplinarité est fondamentale. Dans le cas de cette interdisciplinarité, on doit trouver des projets de recherche qui associent les différentes disciplines entre elles et travailler ensemble sur la santé humaine, sur la santé animale, sur la santé des plantes. Il est donc question de prendre plus en compte les besoins et les ressources du Cameroun, bref des pays de la région dans l’optique que le pays de Paul BIYA soit le pivot de la recherche dans ces différents domaines de la région. A Christophe GHILHOU de conclure que son souhait réel est de travailler avec la partie camerounaise qui  ne doit pas réinventer des usines à gaz étant donné qu’il y a des institutions de recherche certaines sont en sommeil et d’autres sous exploitées. D’où l’urgence de les revitaliser afin que le Cameroun soit une plateforme de recherche régionale sur ces différents sujets dans les prochaines années.   

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *