• juillet 21, 2024
  • Last Update juillet 20, 2024 8:24 pm
  • yaoundé

Recrutement massif des jeunes dans les métiers du bâtiment

Recrutement massif des jeunes dans les métiers du bâtiment

Pendant trois jours, près de 200 jeunes de l’arrondissement de Yaoundé 2, ont pris d’assaut la maison de la jeunesse de Nkomkana dans le but d’être recrutés dans les métiers des BTP tels que la maçonnerie, la menuiserie, la plomberie, la peinture, le carrelage, la ferraillerie, la soudure entre autres. C’est à travers le concept la « Bourse de l’Emploi » qui est le résultat d’un plaidoyer de l’honorable député jeune Christian Ebong A Rim auprès de l’entreprise « Welcome Construction and Services Company Sarl »(WCSC) qui a pour directeur général Bienvenu Lonkeu un opérateur économique .

Au regard du chômage qui touche la jeunesse au Cameroun soit un taux qui a augmenté de 6,1 % en 2021 par rapport en 2020 selon la dernière édition des indicateurs de développement durable publié en décembre 2021 par l’Institut National de la Statistique (INS), la « Bourse de l’Emploi » qui s’est déroulée du 25 au 27 avril 2022 à Yaoundé, a permis d’enregistrer les candidatures de près de 200 jeunes. Après étude des dossiers, cette activité permettra d’ici lundi prochain, le 02 mai 2022, de recruter en emploi direct une centaine de jeunes qui sortiront ainsi de l’oisiveté, du chômage, mais permettra surtout de réduire le taux de délinquance juvénile et l’insécurité dans la capitale politique.

Le député jeune Christian Ebong A Rim s’est confié à actu24.info : « Il s’agit d’un recrutement massif des jeunes de l’arrondissement de Yaoundé 2, recrutement où nous avons également associé les jeunes de l’arrondissement de Yaoundé 4 pour un emploi direct dans le cadre du projet de construction du nouveau marché moderne d’Ekounou. Cette bourse de l’emploi s’inscrit en droite ligne avec les missions du député jeune qui sont celles de faire des plaidoyers auprès de divers acteurs comme les locaux, les privés, les étatiques, etc…, pour une meilleure prise en compte des besoins des jeunes ».

La Bourse de l’Emploi a donc bénéficié de l’appui technique et financier de la structure WCSC. Le promoteur Bienvenu Lonkeu qui prend à bras le corps les problématiques liées à l’encadrement de la jeunesse, notamment le chômage déclare : « Les jeunes ont besoin d’un travail stable, il y a beaucoup de chômeurs, certains sont qualifiés et d’autres non. Mais pour cette Bourse de l’Emploi il est question de recruter tout le monde et de leur donner une chance dans la vie. On n’a pas assez de moyens pour aider dans ce vaste chantier qui va durer plus d’un an, on va faire tout notre possible pour encadrer ces jeunes ».

A gauche le jeune député Christian Ebong A Rim, avec le micro, l’opérateur économique Bienvenu Lonkeu

Pour le rendement journalier, un manœuvre aura droit à 3000 fcfa la journée, soit le mois lui revient à 90000 fcfa par exemple, le maçon lui il sera payé à la tâche, c’est un travail autonome, chacun peut gagner sa vie, diplômé ou non. Le contrat de ces jeunes dépendra de la durée du chantier 6 à 12 mois.

Guy Ernest Ndamfeu Tchounkeu est le coordonnateur de la Bourse de l’Emploi : « Cette Bourse de l’Emploi était une occasion de donner du travail aux jeunes du Mfoundi 2, chaque jeune avait pour devoir de se rendre à la maison de jeunes de Nkomkana et de remplir une fiche de recrutement avec des informations précises en l’occurrence son identité, sa spécialité, le nombre d’expérience dans son métier. Au terme de cette opération, tout le monde ne pourra pas être recruté, nous allons constituer une banque de données qui nous permettra dans le cadre de nos activités de solliciter l’un d’entre eux. Mais d’ici lundi prochain certains vont commencer le travail ».

Les jeunes en quête d’eùploi entrain de remplir les fiches de renseignement

Pour l’initiateur de cette Bourse de l’Emploi, le député jeune Christian Ebong A Rim, les objectifs ont largement été atteints : « Nous avons été surpris par l’engouement populaire de la jeunesse pour cette activité, au début nous étions dans la planification offensive, nous envisageons 50 personnes par jour, mais nous avons explosé les chiffres. Ceci est aussi une occasion d’interpeller les acteurs qui sont impliqués dans l’encadrement de la jeunesse que le problème de chômage est bien réel au Cameroun ».

Bon à savoir, le taux de chômage des jeunes est plus élevé en milieu urbain, soit un taux de 15,5%, qu’en milieu rural estimé à 4,3%. Il est de 8,5% chez les jeunes de sexe masculin et de 23,5% chez les jeunes filles au Cameroun, alors que dans le monde, on estime à 172 millions le nombre de chômeurs en 2018, soit un pourcentage de 5% selon Ilostat qui contient des statistiques provenant des sources nationales.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *