• mai 24, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

Les dangers de l’automédication

Les dangers de l’automédication

L’automédication consiste pour les utilisateurs à soigner leurs pathologies en utilisant des médicaments dûment autorisés, sans avis médical au préalable, mais avec le conseil du pharmacien d’officine. Les médicaments d’automédication sont des médicaments disponibles sans ordonnance pour des pathologies par nature bénignes et facilement diagnosticables par le patient. Toutefois un patient ou un individu qui prend des médicaments sans la prescription d’un médecin au préalable est en danger. Que faire ? Actu24.info a mené l’enquête.

Hôpital Bethesda, une formation hospitalière à caractère privée implantée dans la ville de Yaoundé, au Cameroun nous accueille. Docteur Elisée Djeng Ewondo, médecin généraliste, chef des services des Urgences à l’hôpital Bethesda, par ailleurs responsable de la recherche et de formation continue au sein dudit hôpital nous reçoit dans ses modestes bureaux. En tenue de travail, blouse blanche, Dr Djeng Ewondo nous parle des dangers de l’automédication : « On peut parler des dangers de l’automédication en trois points :

  • On commence par l’échec thérapeutique, si vous avez des symptômes, vous prenez un médicament sans la prescription d’un médecin, vous pouvez prendre un médicament qui n’était pas indiqué pour soigner le mal ou la pathologie que vous avez, cela va entrainer l’échec thérapeutique, cela veut dire que vous n’allez pas trouver la guérison escomptée parce que vous n’avez pas pris le médicament indiqué pour la maladie en question.
  • Le développement des résistances, de nos jours il y a le phénomène de résistance aux antimicrobiens qui bat de l’aile. Qu’est ce qui se passe ? Quand les personnes prennent les antibiotiques ils ne prennent pas forcément les doses recommandées et pendant la durée recommandée, cela fait en sorte que la bactérie va développer les résistances contre l’antibiotique en question, lorsque vous aurez des infections sérieuses ou importantes cet antibiotique ne pourra plus traiter l’infection en question car la bactérie a développé des résistances c’est-à-dire des mécanismes de défense pour combattre cet antibiotique. Et vous pouvez vous retrouvez à un moment donné sans guérison car l’antibiotique n’a plus d’effet.
  • Dernier point, la toxicité des organes, principalement le rein et le foie, parce que la plupart des médicaments sont métabolisés au niveau du foie. Lorsque vous prenez des médicaments sans la prescription du médecin, vous ne respectez pas forcément les posologies, les dosages, voire la durée recommandée, lorsque vous allez prendre ce médicament, cet organe de foie va développer les toxicités et à la longue cela peut entrainer des insuffisances hépatites, le foie ne va plus fonctionner car il a été intoxiqué par ces médicaments ou le rein ne fonctionnera plus également car il a été intoxiqué par ces médicaments ».
Dr Elisée DJENG EWONDO, médecin généraliste

Parfois, certaines personnes ont des malaises, se ruent vers la pharmacie pour se procurer des médicaments qui soulagent. Aussi banal que cela peut être, le médecin conseille de se faire consulter, acte pas toujours appliqué. Qu’est ce qui peut pousser un individu à faire de l’automédication ? Une camerounaise rencontrée dans la ville aux sept collines tente une réponse, Harielle Njoutchouang Nguentchob : « Le mimétisme, une personne a eu une maladie, a pris un médicament sans prescription médicale, a trouvé la guérison, une autre personne avec les mêmes symptômes fera de même en croyant être guérie. Il y a aussi les personnes qui croient que les hôpitaux sont réservés aux personnes riches, sans savoir que dans les hôpitaux il y a des consultations de 2000, 1000 voire 600. Il est préférable de se faire consulter que de faire de l’automédication, car cela peut avoir pour conséquences la mort ».

Autre réaction d’un citoyen camerounais, celle de Belmond Yombi Arouna« Ce qui peut pousser un individu à se diriger vers une pharmacie sans prescription médicale, cela dépend du cas qui se présente devant lui. Lorsqu’on a un proche dans un état inquiétant, on est tenté de se rapprocher vers un infirmier ou un agent de santé du quartier pour prendre des informations. L’objectif visé est de chercher d’abord à stabiliser le patient avant de se rendre dans une formation sanitaire pour une quelconque prise en charge ».

Dans cette automédication, le pharmacien a son rôle. Le pharmacien est celui là qui est le spécialiste du médicament, celui qui participe à la fabrication, à la distribution, à la dispensation des médicaments au sein des officines des pharmacies et à l’intérieur des hôpitaux. Le pharmacien est aussi celui là qui conseille, qui oriente, cet expert qui dit comment doit être pris le médicament, qui participe aussi au niveau de la santé publique avec le gouvernement sur un ensemble de projets pour que les populations se sentent mieux.

Dr Franck NANA est le président de l’Ordre National des Pharmaciens du Cameroun. Il reconnait les dangers de l’automédication : « L’automédication pratiquée par un individu est comme une personne qui utilise une arme et n’est pas dans les forces armées. Vous savez bien qu’une arme doit être manipulée par des mains expertes, celles qui ont appris, celles qui ont manipulé l’arme, qui ont été formées pour. C’est pareil pour le médicament. Le médicament doit être prescrit par le médecin, dispensé par le pharmacien, aucune personne ne peut sous prétexte que son ami, son parent, sa sœur, ressent les mêmes pathologies que son semblable, comme le diabète prenne les mêmes médicaments. Il doit d’abord passer par le médecin qui doit lui donner une ordonnance. En cas d’effets indésirables, le patient retournera voir le pharmacien qui lui dira ce qu’il devra faire. En clair l’automédication est un danger de santé publique, le patient doit toujours demander conseil au pharmacien avant de prendre un médicament ».

Dr Franck NANA, Président de l’Ordre National des Pharmaciens du Cameroun

Cependant certains patients vont dans les pharmacies pour s’approvisionner lorsqu’ils ont des douleurs et sont servis pourtant par des pharmaciens. Qu’est ce qui peut expliquer cela ? Réponse du pharmacien Dr Franck NANA : « Il y a ce qu’on appelle les produits OTC, il y a des produits qui ne nécessitent pas forcément une ordonnance, qui ne nécessitent pas non plus une automédication. Si quelqu’un a une fièvre ou un mal de tête, le malade peut passer à l’officine voir le pharmacien. Vous savez le pharmacien a sept ans d’étude en matière de santé, il étudie la biologie, la physiologie, la chimie, la physique, bref il est bourré d’un ensemble d’enseignements. On peut dire qu’il a qualité à conseiller certains types de médicaments mais pas tout. Le pharmacien ne peut pas conseiller certains types de médicaments qui eux doivent être prescrits, il y a des médicaments de confort et des médicaments d’accompagnement sur la santé, la vitamine C peut être prescrite comme elle peut être dispensée sans l’avis d’un médecin, un paracétamol ».

En vérité, le médecin déconseille l’automédication avec tous les dangers cités ci-dessus, alors que le pharmacien nous fait comprendre qu’il est possible pour un patient de se diriger vers une officine, poser son problème et avoir une solution, par contre qui peut se compliquer. Une complication qui obligerait le patient à se rendre dans une institution hospitalière et on peut se retrouver à dépenser trois à quatre fois plus d’argent que prévu. Nous croyions que nous économisons que non ! La vie est devenue chère on cherche toujours comment faire des économies. Par exemple un mal de tête qu’on croit simple ou banal, peut cacher une pathologie grave, c’est pour cette raison qu’au moindre symptôme il faut toujours avoir la prescription d’un médecin avant d’entrer en possession du médicament avec l’ordonnance délivrée par le médecin qui va expliquer comment prendre le médicament en déterminant la durée.

Les conséquences de la vie chère il faut le dire est la principale cause de l’automédication. La consultation a beau être moins chère, mais ce sont les examens à faire et l’ordonnance prescrite après les résultats des examens qui donnent le tournis. Du coup, la majorité des gens cherchent les raccourcis et bonjour les dégâts. A quand la « SANTÉ POUR TOUS » ? Un slogan lancé depuis l’an 2000 par le gouvernement, à ce jour rien.

S’il est vrai que se faire consulter par un médecin reste l’idéal dans l’optique d’éviter les dangers pour toute personne, les pouvoirs publics par l’entremise du ministère de la santé publique ont la responsabilité et le devoir de faciliter les soins aux camerounais qui ont de réelles difficultés à subvenir à leurs besoins, pis encore accéder aux médicaments de qualité qui ne sont pas toujours à la portée de tous. Rares et chers. La pharmacopée de la rue est donc sollicitée à ce moment-là, je vous épargne le reste, un autre danger pour l’homme car le médicament de la rue quant à lui tue.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *