• mai 20, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

LE PROJET NAMSAL MECONNU DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH/SIDA

LE PROJET NAMSAL MECONNU DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH/SIDA

Le Site ANRS Cameroun a organisé le 02 décembre 2021 à Yaoundé un forum des associations pour faire connaître le projet ANRS 12313 NAMSAL La journée internationale de lutte contre le SIDA se commémore le 1er décembre de chaque année. C’est pour cette raison qu’au lendemain de cette journée le Site ANRS Cameroun a ciblé les personnes vivant avec le VIH/SIDA (PvVIH) en organisant le Forum des Associations.

L’étude NAMSAL( New Antiretroviral and Monitoring Stratégies in HIV-infected Adults in Low-income countries), cofinancée par Unitaid et l’ANRS est la première du genre à comparer les deux traitements pour l’infection par le VIH, l’un à base de dolutégravir et l’autre d’efavirenz 400mg, en condition de vie réelle. Il n’existait jusqu’alors aucune donnée comparant directement l’action de ces deux molécules dans le contexte particulier des pays à ressources limitées. Coordonnée par Eric Delaporte (Université de Montpellier, Inserm IRD) et Charles Kouanfack (Hôpital central, Yaoundé, Faculté de médecine de l’Université de Dschang), NAMSAL permet de conclure à la non infériorité du dolutégravir par rapport à l’efavirenz en conditions de vie réelle, confirmant les dernières recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. Ces résultats confirment donc le dolutégravir comme alternative de choix pour les traitements VIH dans les pays du Sud.

Selon Marie Varloteaux, experte technique en santé à l’ANRS, ils se sont rendus compte qu’en menant l’essai NAMSAL ANRS au Site ANRS Cameroun, les participants NAMSAL ne connaissaient pas les associations des PvVIH. « A partir de là on s’est dit qu’il fallait mettre un lien entre les participants du projet NAMSAL et l’ensemble de la population vivant avec le VIH pour mieux faire connaître toutes les activités que ces associations des PvVIH font au quotidien et apportent à ces personnes ».

Et elles étaient bien présentes dans la grande salle de l’hôtel la Falaise de Yaoundé. Le Cercle d’Entraide et d’Assistance des Mères (CEAM) association de femmes vivant avec le VIH/SIDA qui a choisi de mener des actions concrètes dans le but d’améliorer les conditions de vie, la santé et l’épanouissement des infectés et des affectés du Vih justifie sa présence à ce forum car elle est membre du RECAP+, le réseau camerounais des associations des personnes vivant avec le VIH/ SIDA. Blandine Lema est la coordonnatrice du CEAM : « Nous faisons dans la santé communautaire, nous ramenons les soins de santé des formations sanitaires vers les bénéficiaires dans la communauté, beaucoup de personnes n’arrivent pas à accéder aux soins de santé faute de moyens financiers et la distance qui les sépare de ces formations. En tant qu’acteurs communautaires nous descendons dans la communauté pour leur parler des soins de santé afin qu’ils se rapprochent de ces formations sanitaires ».

La coordonnatrice du CEAM (en rose) Blandine LEMA

Autre association, Association des Femmes Solidaires et Actives (UFSA), qui participe pour la première fois aux activités de RECAP+, occasion pour l’UFSA d’étendre ses activités et se faire connaître. Honorine Ngah Ntongo est la coordonnatrice des activités au sein de l’UFSA : « Nous faisons dans la dispensation des ARV en milieu communautaire c’est-à-dire les patients se procurent les médicaments sur le site, nous faisons les prélèvements, les examens à l’instar de la charge virale gratuitement. Nous organisons les visites à domicile, les causeries éducatives en milieu scolaire, nous prenons en charge les personnes vivant avec le VIH/SIDA. Nous faisons aussi les activités génératrices de revenus, la fabrication d’huile d’arachide, le savon liquide, la teinture ».

La coordonnatrice des activités de l’UFSA

Nicole Onana Ngono, dispensatrice et accompagnatrice psycho-sociale à All Together With Family S+ Project (ATFAS+D) déclare qu’ils sont là pour un accompagnement psycho social, un counselling, ils font l’écoute et l’éducation à toutes les personnes vivant avec le VIH/SIDA et leur font comprendre que le SIDA n’est pas une fatalité.

Quant au projet VIHeillir, l’équipe était également présente au forum. Projet qui a entre autres objectifs de standardiser et simplifier les protocoles avec l’utilisation de procédures et technologies innovantes à moindre coût ; dépister, diagnostiquer et traiter l’hypertension artérielle, le diabète, les hépatites chroniques B et C et les lésions précancéreuses du col de l’utérus pour les femmes. Régine Cheuka, responsable mobilisation communautaire à Positive Génération et projet Bien VIHeiller nous révèle : « Notre présence à ce forum c’est de faire connaître le projet aux PvVIH, surtout celles qui ont plus de 50 ans car c’est à partir de cet âge que si on vit avec le VIH on est plus exposé, c’est la porte d’entrée aux maladies chroniques, l’hypertension artérielle, le diabète, l’hépatite B et C et susciter le dépistage chez les individus afin de se prendre rapidement en charge et vivre avec la maladie, Ce projet est sur deux sites, au Cameroun et au Sénégal. En clair c’est une expérience pilote dont le but est d’orienter les décisions de politique de santé en intégrant la prise en charge des cinq comorbidités prioritaires durant les visites de routine ».

Régine Tcheuka, en rouge, responsable mobilisation communautaire Projet VIHEILLIR

L’experte technique en santé de l’ARNS Marie Varloteaux s’est dit satisfaite au terme du forum des associations qui a permis à bon nombre de visiteurs de s’informer sur les associations des PvVIH.

La création du site ANRS Cameroun résulte d’un protocole d’accord signé le 25 janvier 2005 entre l’ANRS, les ministères camerounais de la Santé publique et celui de la Recherche scientifique et de l’Innovation en présence de l’ambassadeur de France. Les recherches sont axées sur le VIH/SIDA, les hépatites virales, les maladies émergentes. Le centre de coordination du site situé à l’hôpital central de Yaoundé favorise les échanges entre les chercheurs, il accueille des étudiants, des chercheurs, des enseignants, des professionnels de santé, des associations des PvVIH et offre certaines facilités pour leurs travaux.


 [C1]

 [C2]

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *