• mai 24, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

L’Association Camerounaise d’Aide à l’Hygiène et Insertion des Jeunes dans les Collectivités exige des toilettes dans toutes les écoles à travers le Cameroun

L’Association Camerounaise d’Aide à l’Hygiène et Insertion des Jeunes dans les Collectivités exige des toilettes dans toutes les écoles à travers le Cameroun

L’ACAHIJEC, l’Association Camerounaise d’Aide à l’Hygiène des Jeunes dans les Collectivités organise une soirée de solidarité nationale pour l’hygiène et l’assainissement dans les écoles le 17 novembre prochain dans la salle des fêtes de la Croix Rouge camerounaise à Yaoundé.

En prélude à la journée mondiale des toilettes qui se célèbre le 19 novembre de chaque année, l’ACAHIJEC organise une soirée de solidarité nationale pour la construction et la réhabilitation des toilettes et points d’eau, doter les écoles des kits d’hygiène et d’un personnel d’entretien.

Au cours de cette soirée, le plaidoyer sur l’hygiène et l’assainissement dans les écoles sera présenté, on aura un fundraising, un dîner spectacle avec la marraine de la soirée la diva Grâce Decca. Autres artistes : Sandrine Nnanga, Isnebo, Armelle Diamant, Prince de Jésus, le Groupe Shey Lontum et bien d’autres.

Créée en 2017, légalisée en 2019, l’ACAHIJEC milite dans l’hygiène et l’assainissement dans les communautés. Cette association a commencé à travailler dans les établissements scolaires en 2019. Le projet a été présenté au premier ministre qui a donné son appui institutionnel et a saisi les ministères en charge de l’éducation pour accompagner l’association.

La présidente fondatrice de l’ACAHIJEC, Yvonne Flore BELEMA

Yvonne Flore Belema est la présidente fondatrice de l’ACAHIJEC, l’experte dans les questions de l’eau et l’assainissement raconte ses débuts à actu24.info : « La première année, nous avons commencé à sensibiliser la communauté éducative sur la nécessité de garder l’environnement scolaire propre, précisément les toilettes, nous avons veillé à ce que les toilettes des filles et des garçons soient séparées. Nous avons également recruté dans plusieurs établissements scolaires de l’enseignement secondaire à travers la politique « Clean School » de la ministre des Enseignements Secondaires, des jeunes de la brigade anti-insalubrité qui ont la responsabilité de nettoyer au quotidien les toilettes en journée, éduquer les élèves aux bonnes pratiques d’hygiène, contrôler leurs faits et gestes lorsqu’ils sont dans les toilettes et aux alentours. Vous savez les toilettes ont été des lieux où les enfants commettaient des crimes, consommaient des stupéfiants, des jeux de hasard, bref pour ces jeunes les toilettes étaient des lieux abandonnés ».

Il fallait donc changer la donne, depuis que l’ACAHIJEC a donc institué la brigade anti-insalubrité dans huit régions du Cameroun, dans plus de 800 établissements scolaires, la discipline s’est installée.

L’ACAHIJEC a déjà signé bon nombre de conventions avec des structures à l’instar du ministère de l’Education de Base. Lors des descentes sur le terrain, la présidente fondatrice Yvonne Flore Belema et son équipe ont constaté la difficulté d’implanter les toilettes dans les écoles publiques au regard de la gratuité de l’école primaire. Les parents vu les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien ont dû mal à investir dans les projets communautaires.  

La soirée nationale du 17 novembre prochain est donc une opportunité de doter certaines écoles des toilettes, et les toilettes qui n’ont pas d’eau, d’en mettre. Il faudra aussi réhabiliter les bâtiments vétustes et recruter le personnel d’entretien.

L’ACAHIJEC entend accompagner 200 écoles cette année dans la construction des toilettes, des points d’eau, d’autres toilettes et points d’eau à réhabiliter, vidanger les fosses septiques.

« Nous nous sommes rendus compte que les fosses septiques sont pleines, surtout les écoles publiques construites par le Japon « Don japonais », a précisé la présidente Yvonne Flore Belema.

L’ACAHIJEC distribuera les kits d’hygiène et de dignité pour la jeune fille, les serviettes hygiéniques par exemple. Certaines lorsqu’elles ont leurs menstrues préfèrent rester à la maison car elles n’ont pas de lieu sûr pour se changer et parfois n’ont pas de serviettes hygiéniques.

Le souhait de l’experte dans les questions d’eau et d’assainissement est que les camerounais qui ont le cœur sur la main a-t-elle dit, participent à cette soirée de solidarité nationale, accompagnent cette initiative afin que les enfants aient des toilettes décentes à l’école mais surtout que les jeunes filles soient protégées des infections contractées dans des toilettes insalubres.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *