• mai 20, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

L’Ancienne Honoraire de la Paroisse de l’Eglise Evangélique du Cameroun de Messa – Mokolo Madeleine NANA dit « Aurevoir » à son église

L’Ancienne Honoraire de la Paroisse de l’Eglise Evangélique du Cameroun de Messa – Mokolo Madeleine NANA dit « Aurevoir » à son église

On ne la verra plus jamais sur cette chaise du côté gauche de la paroisse EEC de  Messa – Mokolo, ce 19 janvier est son dernier passage dans cette église, mais une chose est sûre elle y sera d’esprit, les pasteurs et les fidèles de cette paroisse ne l’oublieront pas de sitôt pour ses actions menées dans cette paroisse.

Plus d’une heure de temps consacré à la défunte Madeleine Nana. Il n’est jamais aisé de perdre un être cher, la mort d’un être cher est souvent difficile à accepter. Le pasteur Guy Aurélien Leintu, révérend titulaire de la paroisse EEC Messa-Mokolo à travers sa prédication dans Esaie 57 :7, a essayé de faire comprendre au public présent venu pour la circonstance qu’après la mort nous savons tous que quelque chose se passe, chaque sous-groupe bantou a sa manière d’expliquer cela : « Quand on perd un être cher, on s’interroge toujours, qu’est ce qui se passe de l’autre côté. Mais selon Jésus Christ, la mort n’arrête pas la vie, Jésus Christ en est un témoin privilégié. Les gens croient souvent que c’est en donnant les offrandes généreuses, occuper les premières places à l’église, que nous recevons des bénédictions, alors que nous ne sommes pas capables d’aider des personnes dans le besoin. Evitons donc d’être un frein pour les autres dans leurs promotions dans la vie professionnelle, apprenons à aider notre prochain comme maman Madeleine le faisait si bien. Notre vie de l’autre côté dépendra de notre vie sur la terre ».

Le Colonel Jackson Kamgain en tenue bleue fils de la défunte, à côté de lui sa grande sœur Maffeu Napseu Justine Claudine, ensuite Mme Kamgain la belle fille de la défunte

Ancienne Honoraire, membre d’honneur des chorales « Sinai » et « Hosanna », la matriarche était plus colonel que son fils, elle savait donner les ordres, mais était également très généreuse et d’une simplicité légendaire, il suffit de voir la simplicité de son Faire Part, aucune information sur elle, sur sa vie pour comprendre.

Les membres de la famille, amis et connaissances

Les témoignages faits à l’église en disent long. Le mot de la famille a été dit par sa petite sœur, Suzanne Kouamo : « Nous sommes ici avec maman pour qu’elle passe ces derniers moments dans cette paroisse qu’elle a tant aimé, elle a tout fait pour nous inculquer cela, nous ne pouvons que dire merci pour tout ce qu’elle a fait pour nous et pour les autres. Quant à la paroisse, un vibrant merci car vous nous avez témoigné de votre amour, de votre soutien depuis le jour où maman Mado est tombée. Merci au corps pastoral pour tout ce qu’il a fait pour encadrer maman et lui donner la possibilité de vivre heureuse, elle s’en va fière d’avoir vécu ».

L’église a aussi fait son témoignage à travers une ancienne d’église qui nous apprend que maman Madeleine Nana intègre le Conseil d’anciens de la Paroisse EEC de Messa – Mokolo depuis 2007 après avoir été longtemps conseillère paroissiale, elle ne ménagera aucun effort pour jouer son rôle : « Les actions de Madeleine Nana se faisaient dans la discrétion et l’humilité. Maman Madeleine était d’une douceur et d’une tendresse rare, le visage toujours détendu elle mettait constamment la bonne humeur partout où elle passait. Sa façon d’aborder les sujets donnait envie de l’écouter, de lui faire entièrement confiance et d’appliquer ses conseils à la lettre, elle était discrète et efficace. Nous supposons qu’elle s’en est allée à pas de velours comme elle a vécu en laissant une trace indélébile au milieu des anciens et les autres milieux qu’elle fréquentait ».

Le dernier voyage de « Maman Mado » a donc commencé ce jeudi par la mise en bière à la morgue de l’hôpital général de Yaoundé en matinée, suivi du culte funèbre à la paroisse EEC de Messa – Mokolo puis une grande veillée au domicile familial. Samedi le 21 janvier, la matriarche rejoindra la terre de ses ancêtres à Baloumgou dans la région de l’Ouest du Cameroun, où elle sera inhumée. Que son âme repose en paix !!!

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *