• mai 20, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

La loi sur la convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées adoptée

La loi sur la convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées adoptée

Les trois projets de loi autorisant le président de la république à ratifier le protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits des personnes âgées et des personnes handicapées adoptés à l’assemblée nationale. Le ministre des affaires sociales les a défendus devant la commission des affaires étrangères.

Il faut dire que la loi sur la convention des nations unies sur les droits des personnes handicapées a été adoptée le 13 décembre 2006, les deux autres axées sur la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs d’une part aux droits des personnes âgées et d’autre part aux droits des personnes handicapées ont quant à elles été adoptées à Addis Abeba respectivement le 13 janvier 2016 et le 20 janvier 2018.

Le ministre des affaires sociales, Pauline Irène Nguene est claire : « Les personnes handicapées et les personnes âgées disposent d’un potentiel énorme à capitaliser dans les divers chantiers de développement de notre pays. Il s’agit également pour les protocoles à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits des personnes handicapées et aux droits des personnes âgées, de tenir compte des réalités socio-culturelles qui constituent les valeurs essentielles au Cameroun. Pour ce qui est des personnes handicapées il faut rappeler que le Cameroun avait anticipé l’internalisation de ses dispositions. Il s’agit de poursuivre le processus que nous avons déjà engagé à travers la loi de 2010 qui porte sur la protection et la promotion des personnes handicapées et ses différents textes d’application de 2018. Ceci va certainement renforcer toutes les actions que nous menons au quotidien pour les personnes handicapées, on peut parler de l’éducation, la santé, le transport, l’emploi, la formation professionnelle, l’accessibilité aux infrastructures publiques. Pour ce qui est des personnes âgées, il s’agira dès lors de mettre en place au niveau interne un cadre législatif approprié et aussi de fédérer toutes les actions sectorielles pour plus d’efficacité tout en s’assurant d’une meilleure mise en œuvre du plan d’action de protection et de promotion des personnes âgées qui avait déjà été validé ».

Parole à une concernée au sujet de la convention des Nations Unies des droits de personnes handicapées. Evelyne Angonwi la vice-présidente de l’Union Africaine des Aveugles par ailleurs présidente du Cameroun Association of Blind Women s’exprime : « Nous avons suivi avec beaucoup d’intérêt et satisfaction madame la ministre des affaires sociales défendre les projets de lois sur les instruments juridiques internationaux. Personnellement je suis très contente parce qu’il y a longtemps que nous avons demandé, nous avons fait des plaidoyers pour que le Cameroun ratifie ces conventions importantes. A ce jour nous avons beaucoup d’instruments juridiques nationaux voire internationaux qui protègent les personnes handicapées, c’est toujours bien d’avoir ces lois qui nous encadrent. Malheureusement l’implémentation sur le terrain est loin d’être réel. Je n’ai pas oublié le traité de Marrakech que le Cameroun a ratifié en avril dernier, projet défendu également par la patronne du ministère des affaires sociales au Parlement et cela avait été ratifié. Nous voulons que ces lois soient présentes car à l’international elles ont des avantages tels que les financements, représenter notre pays dans l’exécutif des organisations internationales. Tout n’est pas rose, nous savons que nous avons encore beaucoup de choses à faire, toutefois ce que nous attendons de notre gouvernement c’est de ratifier les lois, et les personnes handicapées vont faire appel à ces lois pour défendre leurs droits et sensibiliser davantage, surtout qu’avec ces lois la personne handicapée devient une personne privilégiée ».   

Une adoption de lois qui tombe à point nommé lorsqu’on sait que quantité de décideurs ignorent ces lois. Les leaders des personnes handicapées avisées doivent sensibiliser davantage ces lois, les vulgariser avec l’aide de leurs partenaires qui travaillent régulièrement avec elles pour renforcer leurs capacités à l’instar de Sightsavers. 

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *