• mai 24, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

LA DECENTRALISATION EST EFFECTIVE DANS LA COMMUNE DE DSCHANG

LA DECENTRALISATION EST EFFECTIVE DANS LA COMMUNE DE DSCHANG

Les dernières élections municipales se sont déroulées le 09 février 2020 au Cameroun. Jacquis Kemleu Tchabgou est à son premier mandat. Actu24.info l’a rencontré lors des Synergies Nationales des Collectivités Territoriales Décentralisées à Yaoundé. Le maire de la commune de Dschang parle de quelques de ses réalisations.

C’est avec fierté que le maire de la commune de Dschang déclare : «  Ce que nous pouvons dire relativement au territoire dont nous avons la charge, dès que nous sommes arrivés à la tête de l’exécutif communal il y a un certain nombre d’actions ou alors d’angles d’attaque qui ont été déclinés. Il était question de travailler pour que la question d’assainissement trouve une issue. Et vous convenez avec moi que lorsque nous sommes à Yaoundé ces jours on comprend ce que c’est le déficit en assainissement. Il s’agissait pour nous à ce moment donné puisque nous avions la compétence, de travailler dans la perspective de faciliter la mobilité urbaine en dégageant tout ce qui peut obstruer les voies principales voire les voies secondaires, de travailler efficacement dans la mise en place d’un schéma directeur pour collecter les déchets et nous rassurer que la ville était propre. Et vous savez très bien que lorsqu’on collecte les déchets il faut bien les déposer quelque part, dans une décharge municipale. Dieu merci nous avions déjà pensé avant qu’il fallait construire une décharge municipale. Mais nous nous sommes rendus compte que la ville de Dschang a des déchets qui sont à 80% fermentescibles nous avons donc décidé de densifier la production du compost. Vous voyez très bien que ce sont des possibilités qui nous sont données à travers la décentralisation ».

Tout récemment, la commune de Dschang a mis en place la toute première unité industrielle de tri semi-automatique  de déchets dans le Sud Sahara, ce n’est pas l’Etat du Cameroun qui est venu implémenter mais c’est l’un de ses démembrements qui l’a fait.

Il y a également le relèvement de l’offre en eau qui préoccupe cette municipalité. Le maire Jacquis Kemleu rappelle que nous sommes en pleine période de la pandémie covid 19, se laver les mains est une nécessité. « Nous savons tous que la question d’eau potable n’est pas liée à une contrée au Cameroun, c’est quasiment toutes les villes qui souffrent d’un déficit d’offre en quantité d’abord et en qualité ensuite car la société qui distribue l’eau dans notre pays, lorsqu’on voit la couleur de cette eau, on s’interroge. Nous avons donc travaillé pour faire des études massives hydrogéologiques et géophysiques en vue d’implanter des forages, nous avons construit cinq forages en eau profonde avec des débits qui vont de 3000 à 18000 litres par heure. Inédit à mon avis, connaissez- vous une commune qui le fait, un point d’eau qui fait 18000 litres par heure ? J’ose croire que non. Vous comprenez  une fois de plus que tout ceci se fait grâce à l’existence de la décentralisation ».

Il faut dire que la commune de Dschang réalise ces choses car elle se fait accompagner de façon interne et externe via le canal de la coopération décentralisée qui est donc un dispositif, un instrument qui permet d’adresser des questions dans des territoires sans être obligé d’aller vers le pouvoir central. Sur le plan local les institutions telles que le FEICOM, le PNDP font  l’affaire, et à l’extérieur ils y a des territoires et les investisseurs qui sont prêts à accompagner les collectivités territoriales décentralisées car le code de 2019 donne la possibilité aux territoires de développer leurs potentiels. «  Et c’est dans la même perspective que nous sommes en train de construire deux micros centrale hydroélectriques pour relever l’offre en énergie qui est un problème réel sur l’ensemble du territoire national. S’il n’y avait pas cette décentralisation serions-nous compétents de le faire ? La décentralisation existe, elle est palpable ».

Parmi les deux micros centrales, une ce sont les fonds de contrevaleur suisse, l’autre c’est le cadre d’un partenariat entre l’AFD, la ville de Dschang et Nantes. Auparavant sans la décentralisation cela ne pouvait pas se faire, aujourd’hui la commune en est capable. Les voies de communication, les routes que les communes profilent ce ne sont pas les budgets qui viennent  forcément de l’état central, ils ont des espaces marchands qu’ils valorisent. Et ceux qu’ils possèdent ils les exploitent à bon escient pour permettre aux populations de vivre dans des conditions acceptables.

Le maire de la commune de Dschang Jacquis KEMLEU TCHABGOU

Bon à savoir, la coopération décentralisée donne la possibilité aux CTD d’aller chercher les fonds d’investissement. L’axe numéro un de financement des bailleurs et des partenaires de développement d’état c’est le pacte vert, car lorsqu’on parle des déchets c’est pour préserver l’environnement en travaillant. En clair de lutter contre les effets de serre. La commune de Dschang s’en sort ainsi avec 20 mille euros par an, soit plus de 13 millions de Fcfa de crédits carbone car ils ne jettent pas les déchets dans la nature, ils les traitent de façon naturelle et durable, des financements sont mis à la disposition des mairies par le biais de l’Union Européenne, et la machine que la commune de Dschang a installé tout récemment est estimé à 500 millions de Fcfa, une rondelette somme qui vient du trésor français, 100 millions de la commune de Dschang et une partie de l’état du Cameroun. Tout cela démontre que dans la commune de Dschang, la décentralisation est effective. Aux autres communes de suivre les pas pour garantir à coup sûr le bien-être des populations.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *