• juillet 21, 2024
  • Last Update juillet 20, 2024 8:24 pm
  • yaoundé

LES ORGANISATIONS SYNDICALES DU SECTEUR DES TRANSPORTS ACCORDENT LEURS VIOLONS AVEC LE GOUVERNEMENT

LES ORGANISATIONS SYNDICALES DU SECTEUR DES TRANSPORTS ACCORDENT LEURS VIOLONS AVEC LE GOUVERNEMENT

Une séance de travail tripartite regroupant les organisations patronales  et celles des travailleurs du secteur des transports a eu lieu ce 18 octobre 2021 sous la houlette du ministre du Travail et de la Sécurité sociale. Séance qui se situe dans le cadre de la poursuite du dialogue social entamé à Douala le 13 octobre dernier suite au préavis de grève émis par les organisations syndicales des travailleurs du secteur des transports routiers.

Hamoa Hamatoukowo, le coordonnateur national du Syndicat National des Chauffeurs Professionnels des Transports du Cameroun (SYNCPROTCAM) a reconnu que : «  le ministre Grégoire Owona a essayé d’apaiser le problème car au final tout ce dont nous souhaitons c’est la paix. La force, la colère n’ont jamais résolu les problèmes. Nous avons vu les occidentaux qui se sont réunis pour dire qu’ils vont imposer la démocratie en Lybie, regardez cette démocratie aujourd’hui. Vous savez les chauffeurs souffrent énormément, ils sont d’abord mal rémunérés, ils ne sont pas inscrits à la CNPS. Par exemple lorsqu’un chauffeur roule si sa roue éclate, arrivé au sein de l’entreprise, on achète un nouveau pneu et on enlève l’argent dépensé sur son salaire pourtant ce n’est pas de sa faute, mais le patron va dire qu’il a fait exprès d’entrer dans le trou, et c’est pareil pour les autres pièces qui s’abiment, on impute cela sur son salaire alors qu’il n’a même pas cent mille francs CFA par mois. Alors lorsqu’il y a de telles revendications, le gouvernement doit véritablement les prendre en compte ».

Il est donc question d’appliquer l’ensemble des dispositions de la Convention Collective Nationale des Transports routiers signée en 2006 ainsi que ses éventuelles modifications ultérieures en attendant l’aboutissement de la procédure de son extension en cours. Le but de cet engagement est d »améliorer les conditions  de travail et de vie des salariés, gage de la paix sociale dans ce secteur d’activités. Et d’asseoir un mécanisme permettant de couvrir la prime de risque à reverser aux conducteurs desservant les pays voisins insécurisés. Le mot d’ordre de grève a ainsi été levé.   

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *