• mai 20, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

Crise de succession à la chefferie supérieure Bangou le préfet des Hauts Plateaux joue sur les deux tableaux

Crise de succession à la chefferie supérieure Bangou le préfet des Hauts Plateaux joue sur les deux tableaux

Le préfet du département des Hauts Plateaux Yapmen Ousmanou a présidé une rencontre de sensibilisation à Baham dans la région de l’Ouest ce 25 mars 2022 sur la crise de succession à la chefferie supérieure Bangou qui dure depuis plus de trois ans.  

L’esplanade de la préfecture de Baham est noire de monde. La population qui est quittée de Bangou pour dire non à un usurpateur à la tête de la chefferie, était convaincue qu’au terme de la rencontre qui était en fait une communication du haut fonctionnaire du département des Hauts Plateaux, le vrai Roi des Bangou devait être officiellement installé à la chefferie supérieure Bangou. Que non !

Le préfet Yapmen Ousmanou a plutôt prôné la paix et la réconciliation en invitant les deux parties, les pro-Ngambou Kemayou Maurice et les pro-Tchiyou Tayo Arnaud à accorder leurs violons étant donné qu’on ne peut pas avoir deux personnes sur une chaise : « Nous avons tenu à vous réunir car nous avons constaté qu’il existe une tension à Bangou depuis quelques jours et il est important de recadrer les choses. Le calme doit prévaloir dans ce regroupement au regard du rôle qu’une chefferie joue dans une communauté. Je suis toujours embêté lorsqu’il y a une manifestation, sur les 9regroupements que compte le département, la chaise de Bangou est toujours vide Nous pensons qu’il est important que ce problème trouve une solution ».

La salle de réunion de la préfecture de Baham

Solution qui sera bien difficile à trouver lorsqu’on se rend compte que le camp des pro-Tchiyou Tayo Arnaud refuse de reconnaitre le retour de la lignée royale de Paul Bernard Kemayou. Le Pr Shanda Tomne pense malgré tout que c’est un seul village, c’est un seul peuple, vivement que la paix et le chemin de la réconciliation soient retrouvés : « Non je regrette, ce n’est pas Maurice Ngambou Kemayou qui est le chef, il faut entrer dans notre histoire. Je pense qu’il faut revoir ce qui s’est passé dans plusieurs chefferies à l’ouest, je pense qu’au final les populations finissent par retrouver leur unité et le préfet a beaucoup insisté dessus, c’est un seul village, c’est un seul peuple, c’est une même famille, nous finirons par trouver une solution. J’ai vu une de mes sœurs Marie Bernade qui a beaucoup souffert à Konakry, en Guinée avec le defunt chef, son père Paul Bernard Kemayou, chaque fois que je la vois, je ressens quelque chose, je me suis d’ailleurs levé pour aller vers elle, cela peut arriver avec d’autres princesses et princes Bangou, la chefferie est une grande famille et personne ne gagnerait à la détruire ».

Personne ne gagnerait à détruire la chefferie supérieure Bangou. Comment est ce possible lorsqu’on sait que le ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji qui aurait rédigé une lettre reconnaissant Arnaud Tayo Tchiyou le 15 mars dernier, et ce même ministre aurait également permis l’inhumation du chef Paul Bernard Kemayou. Révélation du Prince Bangou Aristide Yepmo : « Le ministre de l’administration territoriale avait donné comme préalable l’inhumation des restes de Kemayou Paul Bernard au panthéon de souverain avant tout évènement le 28 janvier 2019. Les 7 et les 9 notables ont inhumé les restes en présence du chef supérieur Bazou qui est l’autorité compétente pour encadrer la succession à la chefferie Bangou en présence de certains dignitaires. Le lendemain, les mêmes notables qui étaient au panthéon ont procédé au rite, c’est-à-dire taper le mouton. Et en tapant le mouton, ils ont évoqué le nom de Kemayou Paul Bernard, le mouton a ainsi réagi comme on attendait, ils sont partis dans les lieux sacrés du village, ils ont fait des rites au nom de Kemayou Paul Bernard. Ne soyez pas naïfs, quand on a inhumé les restes d’un chef qui a régné sans discussion, sans contestation, au panthéon, quand on a fait les rites du mouton, la succession est ouverte, c’est de ça qu’il s’agit et les naïfs ne veulent pas comprendre. Est-ce qu’il faut organiser un cours de tradition pour que les gens comprennent ? Moi je peux les comprendre, quand on a régné comme le défunt pendant longtemps, on s’est fait des amis et il est normal qu’à son décès ses amis le défendent. On peut bien défendre un ami mais les réalités de la tradition sont là ».

Le Pince Bangou Aristide Yepmo face aux hommes de Média

 Au Prince Bangou Aristide Yepmo de poursuivre : « Le chef Bazou a toujours été là pour encadrer le chef Ngambou Kemayou, c’est le chef Bazou et d’autres chefs alliés à la chefferie qui l’ont initié et qui l’ont sorti du Laakam. Nous avons les documents de transmission du dossier du Roi Ngambou Kemayou au ministère de l’administration territoriale (MINAT) du Cameroun. Pour rappel, le ministre de l’AT a écrit au chef Ngambou Kemayou pour transmettre son dossier, ce qui a été fait, ce dossier a été transféré aux services du Premier ministre. Donc tout ce désordre à lequel nous assistons, comme a dit le préfet des Hauts Plateaux chacun devra rester à sa place et laisser les autorités compétentes accompagner le Roi Maurice Ngambou Kemayou dans son règne ».

Espérons tout simplement que la série de rencontres lancée ce 25 mars 2022 à Baham par le préfet des Hauts Plateaux ne va pas s’éterniser au regard des lenteurs administratives que nous connaissons.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *