• mai 24, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

Aménagement du Corridor Mora – Dabanga – Kousseri le démarrage des travaux c’est pour bientôt

Aménagement du Corridor Mora – Dabanga – Kousseri le démarrage des travaux c’est pour bientôt

Une mission d’experts de la Banque Mondiale a été reçue en audience ce jeudi à Yaoundé par le ministre des Travaux Publics Emmanuel Nganou Djoumessi. C’est en prélude à l’approbation du Projet pour l’Amélioration de la Connectivité, la Résilience et l’Inclusion (PACRI), le  long du corridor routier Mora – Dabanga – Kousseri.

Le projet a plusieurs composantes, notamment le volet routier axé principalement sur la reconstruction du corridor Mora – Dabanga – Kousseri. En tenant compte des spécificités de la zone d’intervention du projet, l’aménagement de la voie de contournement de la ville de Kousseri, des aménagements liés à la prise en charge des réfugiés et d’autres composantes ont pour but d’améliorer le niveau de vie des populations en conformité avec le programme de reconstruction de la région de l’Extrême nord.

Lors des échanges entre le patron des Travaux Publics et l’équipe de la Banque Mondiale, on peut retenir que le PACRI est avancé au regard de sa maturation. On note une satisfaction dans l’ensemble, toutefois un accent doit être mis sur les instruments de sauvegarde environnementale et sociale. Selon le chronogramme déroulé par Papa Modou Ndiaye, spécialiste principal en Transport et Chef de Projet à la Banque Mondiale, la validation du projet par le conseil d’administration de la Banque Mondiale est prévue avant la fin du mois de juin 2023.

Le Projet pour l’Amélioration de la Connectivité, la Résilience et l’Inclusion (PACRI) sera financé à 100% par la Banque Mondiale et le gouvernement camerounais prendra en charge les questions liées au fonctionnement et à la sauvegarde. Pendant l’audience le financement rétroactif a été évoqué, les travaux relatifs aux premiers 25 km à reconstruire vont débuter cette année avec les attributions prises en compte dans les ressources du PACRI. 94% du projet seront gérés par le MINTP dans le cadre des aménagements routiers puis certaines ressources seront allouées à la mise en œuvre d’autres composantes du projet.

Le ministre du MINTP Emmanuel Nganou Djoumessi a insisté sur le suivi rigoureux du rétro planning des activités relatives au démarrage des travaux et une collaboration efficiente entre ses équipes et celles de la Banque Mondiale et n’a pas manqué de remercier les experts de l’institution financière pour leur implication dans la mise en œuvre effective du projet. Selon Papa Moody Ndiaye, spécialiste principal en transport chargé de projets à la Banque Mondiale le PACRI est un projet important : « Le projet évalué sur une distance de 205 km est estimé à hauteur de 330 millions de dollars soit près de 198 milliards de francs CFA, la réhabilitation du corridor Mora – Dabanga – Kousseri est sa priorité. Le projet envisage aussi de réaliser bon nombre d’infrastructures de base dans la région de l’Extrême nord ».

Au cours de cette audience, un autre projet a été évoqué, les travaux en cours sur la route Babadjou – Bamenda. La mission vient de séjourner dans cette localité afin d’apprécier  les avancements sur les trois sections en travaux et l’on constate de manière générale la satisfaction pour ce qui est de l’exécution des travaux. Les premiers kilomètres de cette route seront d’ailleurs livrés à la fin de cette année 2023 malgré les problèmes relatifs à la pénurie de carburant au regard de son impact négatif sur l’avancement des travaux.

L’exécution des travaux de la section 4 du projet correspond à l’aménagement de la traversée de la ville de Bamenda a également retenu l’attention du patron du MINTP et les experts de la Banque Mondiale. En fait on a pu noter que les études sont quasiment achevées et les questions d’indemnisations restent pendantes. Quant aux indemnisations, les mesures seront prises dans les prochains jours a précisé le ministre des Travaux Publics. Le processus démarrera avec un accent sur les plaintes adressées par des riverains à la Banque Mondiale.

Pour tout dire les deux parties se sont accordées sur des optimisations, la rationalisation des interventions des entreprises et la mise en œuvre des actions de protection du patrimoine routier en ce qui concerne le PDST dans lequel les travaux de reconstruction de la route Babadjou – Bamenda s’exécutent d’une part et le suivi rigoureux des activités préliminaires au démarrage des travaux de reconstruction spécifiquement la reconstruction du corridor Mora – Dabanga – Kousseri.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *