• mai 20, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

L’entrepreneuriat dans les chaînes de valeur pastorale et halieutique sur la voie de la modernisation

L’entrepreneuriat dans les chaînes de valeur pastorale et halieutique sur la voie de la modernisation

La deuxième session du Comité Interministériel de Supervision du Fonds de Facilitation de l’Offre de Crédit pour le Développement des Chaînes de Valeurs Agricoles, de l’Elevage et de la Pisciculture s’est tenu ce jeudi 09 novembre 2023 à Yaoundé. Il a été question au cours de cette journée de poursuivre l’opérationnalisation du Fonds, avec l’examen et la validation du Plan de mise en œuvre  de l’assistance technique pour sa gestion, la validation de la check-list des critères de base à respecter pour l’examen de la demande de crédit des établissements de microfinance.

Deux projets concernés par la coopération Cameroun et la Banque Africaine de Développement ; le Projet de Développement des Chaînes de Valeur de l’Elevage et de la Pisciculture (PDCVEP) qui a pour tutelle le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA) et le Projet de Développement des Chaînes de Valeurs Agricoles (PDCVA) qui a pour tutelle le ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER).

Marie Jeanine Nkodo Atanga, la coordonnatrice nationale du Projet PDCVA éclaire les lecteurs de actu24.info sur la tenue de la deuxième session du comité interministériel.

En fait, le Fonds de Facilitation de l’offre de crédit pour le Développement des Chaînes de Valeurs Agricoles, de l’Elevage et de Pisciculture (2FC-CVAEF) est un mécanisme de crédit aux entreprises agricoles de l’élevage et de la pisciculture conduit conjointement per le Projet de Développement des Chaînes de Valeurs Agricoles (PDCVA) et le projet de Développement des Chaînes de Valeur de l’Elevage et de la Pisciculture (PDCVEP) grâce à deux accords de prêts de la Banque Africaine de Développement (BAD) au gouvernement du Cameroun. Le Fonds a entre autres missions d’accompagner les établissements de crédits dans le développement des produits financiers innovants et inclusifs, adaptés aux spécificités et contraintes de développement des chaînes de valeurs agricoles, de l’élevage et de la pisciculture; impliquer les établissements de crédits dans le partage des risques de financement des chaînes de valeurs agricoles, de l’élevage et de la pisciculture; veiller à la bonne gestion des placements et recouvrements des prêts effectués par les établissements de crédits; renforcer les ressources des établissements de crédits et garantir les prêts octroyés sur fonds propres des établissements de crédits.

Il faut dire que les ressources financières du « Fonds de facilitation de l’offre de crédit pour le développement des chaînes de valeurs agricoles, de l’élevage et de la pisciculture « , proviendront de deux projets implémentés au Cameroun grâce à des financements conjoints entre l’Etat et la Banque Africaine de Développement (BAD). Le PDCVA bénéficiera d’un financement de 75 milliards de francs, le PDCVEP, c’est un financement de 65 milliards.

Avec la facilitation de l’accès aux financements des producteurs agropastoraux, grâce au 2FC-CVAEF qui vient d’être mis en place, le Cameroun vise l’augmentation de la production et la transformation locale des produits issus de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Ce qui devrait déclencher une réduction du déficit de la balance commerciale du pays, induite par les importations massives des produits alimentaires.

Concernant le PDCVEP qui a pour coordonnateur national Dr Aboubakar Njoya, le projet contribue de manière inclusive à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à la réduction de la pauvreté dans sa zone d’intervention. Il vise l’accroissement compétitif et hygiénique des produits bovins, porcins, et piscicoles et l’amélioration des revenus des acteurs ainsi que la création de nouveaux emplois dans les trois chaînes de valeur. Le projet d’une durée de cinq ans financé par la BAD est estimé à 65 milliards de francs cfa.

Pour des résultats probants attendus, on peut mentionner la disponibilité des races et espèces bovines, porcines de fortes performances génétiques et une bonne alimentation des animaux et poissons ; des infrastructures pour faciliter l’accès à l’abattage et aux marchés puis l’accompagnement des établissements de microfinance (EMF)et banques commerciales par la mise en place de mécanismes de garantie et de refinancement pour accroître l’offre et l’accessibilité au crédit.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *