• mai 24, 2024
  • Last Update mai 12, 2024 5:32 pm
  • yaoundé

La Grande Bretagne intéressée par les infrastructures routières camerounaises

La Grande Bretagne intéressée par les infrastructures routières camerounaises

Une délégation d’investisseurs et hommes d’affaires britanniques en mission au Cameroun a été reçue par quelques membres du gouvernement. La délégation conduite par le Haut-Commissaire britannique au Cameroun Christian Dennys-McClure a été reçue le 1er février dernier par le ministre des Travaux Publics Emmanuel Nganou Djoumessi. Au menu des échanges, le renforcement de la coopération bilatérale dans le domaine des infrastructures routières.

Dans l’optique de renforcer les relations commerciales entre le Cameroun et la Grande-Bretagne, à la suite d’une audience accordée à ces acteurs par le Premier Ministre, Joseph Dion Ngute, des investisseurs et entrepreneurs ont marqué leur intérêt pour la réalisation des projets d’infrastructures routières. Noms de quelques entreprises, UK Export Finance (UKEF) représentée par Simon Buckenburg ; ERG International Group représenté par Léonard Graf Grote et Sylvie Mireille Fokekam et BEKO Capital représenté par Brice Beumo.

Parmi ces entreprises, UKEF a déjà flirter avec le ministère des Travaux Publics, le consortium britannique UKEF spécialisé dans le financement des projets prioritaires sur la scène internationale, participe déjà au projet d’aménagement de la phase 2 de l’entrée Est de la ville de Douala. Il se positionne d’ailleurs pour le financement du projet de construction de la route Ebolowa – Akom 2 – Kribi à travers l’entreprise italienne ICM.

S’agissant précisément de la route Ebolowa – Akom 2 – Kribi, le patron des Travaux Publics a constaté que les procédures relatives à la mise en place du financement sont lentes. Le représentant d’UKEF a précisé à cet effet que les questions relatives à la mise en œuvre du plan de gestion environnementale et sociale du projet sont capitales pour son groupe et a rassuré sur l’engagement du groupe à accompagner l’Etat du Cameroun dans la mise en œuvre du projet.

La coopération entre la Grande Bretagne et le Cameroun se porte bien, le ministre Emmanuel Nganou Djoumessi et le diplomate anglais Christian Dennys McClure

BEKO Capital Advisory SA, agréé le 28 juillet 2021 par la COSUMAF, pour sa part a souligné qu’au Cameroun il entend pleinement jouer son rôle dans le renouveau du marché financier à travers la mise à disposition des ressources destinées à la réalisation des projets d’infrastructures routières via les fonds Standart Chartered Bank. A leur côté, ERG Group, entreprise britannique spécialisée dans l’ingénierie, la construction, le financement et la gestion d’actifs d’infrastructure de renommée mondiale qui s’intéresse à la réalisation des routes et ouvrages d’art au Cameroun. L’entreprise a mis en exergue son potentiel tout en affirmant son intérêt de s’implanter dans le pays de Paul Biya. La particularité d’ERG Group depuis 1972 est de réaliser et livrer les projets en cycle complet comprenant les phases de maturation, la planification, l’investissement, la conception et la construction, ainsi que les opérations de maintenance.

Maina Oumarou, représentant du CEO du Mota Engil, présent à la rencontre entre les parties camerounaise et britannique, a déclaré que son entreprise bénéficie de l’accompagnement des prêteurs britanniques concernant la phase 2 de l’autoroute Yaoundé – Douala et pour laquelle le premier round des discussions s’est tenu en décembre 2022.

Le ministre des Travaux publics a insisté sur les conclusions fructueuses de ces démarches, a mis l’accent sur trois projets : la réhabilitation complète de la route Ngaoundéré – Garoua dont quelques échanges ont été abordés avec Mota Engil, l’accélération des procédures visant à mettre en place le financement des travaux de construction de la route Ebolowa – Akom 2 – Kribi et la poursuite des échanges en vue de la mise en œuvre de la phase 2 de l’autoroute Yaoundé – Douala. Il a du reste regretté les lenteurs accusées dans les procédures préalables à la mise à disposition des fonds destinés à construire la route Ebolowa – Akom 2 – kribi. Les entreprises devraient aussi s’intéresser à l’axe Ngaoundéré – Garoua, un axe qui avec le temps sera bien rentable sur le plan économique.                                                    

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *